Mardi, 26 Septembre, 2017

JO-2024: le CIO visite Paris, sur fond de transition politique

Tous sports- Anthony Thomas Commin- Emmanuel Macron nouveau président de la République Emmanuel Macron nouveau président de la République
Mickael LaFromboise | 14 Mai, 2017, 05:51

"Se faire une impression en direct de ce que la Ville de Paris et le comité de candidature proposent", a déclaré en français à son arrivée M. Baumann.

L'équipe de candidature de Paris pour les Jeux de 2024 n'a pas tardé à réagir à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française.

Le président de la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) Patrick Baumann a conclu vendredi sa visite de trois jours dans la métropole californienne, candidate à l'organisation des JO-2024, en estimant que le projet LA 2024 ne comportait "pas de risques majeurs ".

Le maire de Los Angeles Eric Garcetti a de son côté rappelé que Los Angeles était en train de vivre "ni plus ni moins une révolution de ses transports".

Le nom de la ville-hôte sera décidé par le CIO le 13 septembre à Lima.

Lors de la deuxième journée de sa visite jeudi, la Commission d'évaluation se rendra sur plusieurs sites emblématiques d'un projet qui ne requiert aucune construction d'un nouveau stade permanent.

Paris 2024 devra passer ensuite un oral à Lausanne en juillet.

Le président de la commission d'évaluation n'a pas caché avoir été impressionné par Cassey Wasserman, le président de LA 2024, et Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, "les gamins de 1984" comme il les a rebaptisés, en référence à leur expérience comme spectateurs des JO-1984.

Avec ses résidences universitaires qui permettent d'héberger 16.000 étudiants en attendant la construction de 4.500 lits supplémentaires financée par l'université elle-même, et ses structures sportives, UCLA est l'un des arguments-choc de LA 2024 qui a fait le choix d'utiliser, comme pour les sites de compétition, des structures déjà existantes, plutôt que de construire un Village olympique, projet souvent dispendieux et en proie à des retards. "Il était important pour nous de voir si le projet répondait aux besoins des sportifs", a-t-il insisté.

Los Angeles, en concurrence avec Paris pour l'organisation des JO-2024, veut également mettre en place un espace d'accueil où les sportifs pourront passer du temps avec leur famille et leurs proches en marge des compétitions. Une inspection, après celle de Los Angeles ces derniers jours, qui débutera dans un contexte particulier, quelques heures avant la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron.