Mardi, 23 Mai, 2017

Christophe Castaner et son premier conseil des ministres

Le nouveau premier ministre français Édouard Philippe n’a pas peur de dire qu’il est un homme de droite France Presse Le nouveau premier ministre français Édouard Philippe n’a pas peur de dire qu’il est un homme de droite
Jean-Pascal Bellegarde | 19 Mai, 2017, 12:07

Les journalistes ont pu assister à l'arrivée à l'Elysée des membres du gouvernement qui, les uns à la suite des autres, ont tous été déposés par leur voiture devant le perron de l'Elysée.

Avec Bruno Le Maire à l'Economie et aux Finances, exclu illico des Républicains, et Gérald Darmanin à l'Action et aux Comptes publics, Emmanuel Macron donne Bercy à la droite, toujours plus fractionnée.

Fixer le cap. Les ministres ont passé un peu moins d'une heure dans la grande salle du salon Murat, où se tient le Conseil hebdomadaire depuis l'élection de Georges Pompidou. "A titre personnel", François Baroin, chef de file des Républicains pour les législatives, a regretté ces ralliements, estimant qu'il ne s'agissait pas d'une "recomposition", mais d'un "dynamitage" politique. Hier (jeudi), quand il est entré dans la salle du Conseil des ministres, il y avait des pas hésitants pour la plupart d'entre nous, et il y avait un pas déterminé, un discours déterminé, une posture déterminée du président de la République.

Les images du premier conseil des ministres du quinquennat Macron Description: Ils sont venus. "Il est évidemment aussi dans la maîtrise de sa communication, je pense que c'est sa liberté, et aussi sa force", a ajouté M. Castaner. Les journalistes n'ont été autorisés qu'à filmer et à photographier brièvement la tablée gouvernementale.

Pas question non plus de recueillir leurs premières impressions à la sortie du Conseil. Et tant pis si cela rompt avec la tradition. L'Elysée a décidé, contrairement à l'usage, de fermer la cour aux journalistes pour faire tranquillement la fameuse photo de famille. Un geste qui n'a pas manqué d'agacer sur les réseaux sociaux.

Le président, toujours selon Christophe Castaner, a achevé on intervention liminaire par 'une invitation: ne changez pas!' 'Si le président de la République et le Premier ministre ont choisi tel ou tel membre du gouvernement, c'est justement pour ce qu'ils sont', a-t-il souligné.

"Soutenir les candidats de la majorité présidentielle". Ils seront "l'objet d'un examen, d'un renouvellement ou d'un changement (.) dans les semaines qui viennent", a spécifié le porte-parole du gouvernement, réfutant toutefois toute volonté de "chasse aux sorcières". Autour de la table du Conseil, outre Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe: 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat, dont la moitié proviennent de la société civile, du jamais vu sous la Ve République.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a expliqué Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales". Deuxième dans l'ordre protocolaire et ministre d'Etat, il aura l'Energie dans son escarcelle et entre pour la première fois dans un gouvernement après avoir été candidat malheureux à la primaire des Verts pour la présidentielle de 2012.