Vendredi, 21 Septembre, 2018

Ce que l'on sait — Attentat à Manchester

Manon Joubert | 24 Mai, 2017, 05:27

L'EI a revendiqué l'attaque de lundi soir sur les réseaux sociaux, précisant que l'un "des soldats du califat a placé des bombes dans la foule". Dans le cas d'une attaque terroriste, les services secrets, les officiers de police et les ministres concernés peuvent être également conviés.

Alors de nombreux blessés sont encore "entre la vie et la mort", indiquait Theresa May mardi dans la matinée, l'identité des victimes se dévoile petit à petit.

L'auteur de l'attentat de Manchester est mort en faisant exploser un engin.

Un homme de 23 ans a été arrêté à la mi-journée à Chorlton, banlieue résidentielle au sud de Manchester, en lien avec l'attentat, selon la police qui n'a pas souhaité préciser la nature de ce lien. The Guardian rapporte le témoignage d'Oliver Jones, un adolescent de 17 ans, qui raconte avoir "entendu une détonation" après la fin du concert.

Trois des victimes ont été identifiées, dont une fillette de huit ans.

Dans la nuit, la Première ministre britannique Theresa May s'est exprimée. Parmi ces 59 blessés figuraient douze mineurs de moins de 16 ans, a indiqué David Radcliffe, directeur médical des services d'ambulances de la ville. "Chaos complet" L'explosion a provoqué des scènes de panique dans la salle de concert, mais aussi dehors, où des parents attendaient la sortie de leurs enfants. "Le couloir était plein de monde, il y avait une odeur de brûlé, il y avait beaucoup de fumée pendant qu'on sortait", a-t-elle dit. Ses deux filles se trouvaient au concert.

"On a écouté la dernière chanson et soudain, il y a eu comme un flash avec un bang et puis de la fumée", a dit Gary Walker, de Leeds, venu avec sa femme pour attendre leur filles à la sortie du concert, sur la BBC.

La barbarie a encore frappé ce lundi, cette fois à Manchester en marge d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande.

Le gouvernement britannique et l'opposition travailliste ont convenu mardi de suspendre la campagne électorale jusqu'à nouvel ordre après la mort de 19 personnes dans une attaque vraisemblablement terroriste à Manchester.

Cet attentat est le plus meurtrier qu'ait connu la Grande-Bretagne depuis 2005, date à laquelle des attaques suicides avaient été commises dans les transports londoniens. La reine a condamné un "acte barbare". Le père du suspect est bien connu au sein de la communauté libyenne de Manchester mais se trouverait actuellement à Tripoli, ajoute le quotidien. Un centre commercial a été brièvement évacué, créant un mouvement de panique, après une autre arrestation, non liée à l'attentat.

La police a également procédé à une "explosion contrôlée", afin de sécuriser l'accès d'un lieu qu'elle a perquisitionné, a précisé le commissaire Hopkins. Un homme avait foncé dans la foule avec un véhicule et poignardé un policier avant d'être abattu. "Tellement de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants". Il a ensuite assuré Mme May du "soutien indéfectible" des Etats-Unis lors d'une conversation téléphonique.

Ariana Grande s'est dit "brisée" par l'attentat. Le président français Emmanuel Macron, a souligné sa "volonté de renforcer la coopération européenne" antiterroriste.